Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Metal Universe

Metal Universe

Live-reports - chroniques - interviews

Articles avec #djent catégorie

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #concert, #paris, #breakdown of sanity, #djent
Breakdown of Sanity

Breakdown of Sanity

    Doux Jésus, que ça faisait longtemps que je l'attendais ce concert : le grand retour de Breakdown of Sanity à Paris, après cinq ans d'absence dans nos contrées ! Pour celles et ceux qui ne les connaissent pas, nous avons à faire à un quintet Suisse de deathcore tournant depuis 2007 (10 piges l'année prochaine). Début septembre dernier, le groupe sortait son quatrième album Coexistence, quoi de mieux qu'une tournée européenne dont deux dates en France (la seconde le lendemain à Lyon) pour fêter ça ?

Nous arrivons donc au bar/salle de concert Backstage by by the Mill (Boulevard de Clichy, 92) où Novelists se prépare à enflammer les planches de la scène. Novelists s'est formé en 2013 à Paris et est rapidement devenu une référence en matière de djent dans l'hexagone (oui, encore du djent !), notamment avec leur premier album intitulé Souvenirs sorti l'année dernière. 

Franchement, c'était une bonne découverte : certains morceaux sont de vraies bombes comme l'énorme "Gravity" ou "Echoes". J'aime beaucoup l'aisance que le groupe a de passer d'une ambiance progressive avec du chant clair à une phase plus punchy avec du growl (certaines de leurs musiques me rappellent même Periphery et Animals as Leaders). De plus, les cinq musiciens respirent la bonne humeur et la joie de rejouer chez eux "à la maison", et ça, ça fait plaisir à voir.

Une fois le concert terminé, un de mes potes a demandé au bassiste (encore présent sur la scène) si il était possible de prendre une photo avec tout le groupe pour son anniversaire... et c'est ainsi que nous avons pris la pose en compagnie des cinq membres de Novelists, devant leur stand de merch. Merci infiniment pour le temps qu'ils nous ont accordé, c'est vraiment sympa (surtout que mon pote Jean-Phi, celui qui m'avait chopé le médiator du guitariste de Born of Osiris, était aux anges : une photo avec Novelists le jour de ses 21 ans, il n'est pas prêt à les oublier, le bougre). 

Place maintenant à Dream on Dreamer de faire son entrée. Dream on Dreamer est un groupe de post-hardcore Australien créé en 2009. Enthousiaste à l'idée de se produire dans la capitale et armé de leur dernier album Songs of Soulitude, le groupe entame plutôt bien son set, montrant une musique avec des passages puissants, mais tout de même nuancée par des mélodies et beaucoup de chant clair. Malheureusement, je trouve que le rythme diminue au fil des chansons...

Pour être honnête, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas fais chier comme ça devant un concert (oui, j'ai toujours tendance à être raffiné dans mes propos). Certains morceaux se ressemblent trop, la voix du guitariste commence à taper sur le système... c'est dommage car une partie de leurs riffs sont biens, et quelques morceaux restent tout de même "potables", voire "écoutables". On ne peut pas dire que j'ai apprécié leur prestation, un ensemble un peu trop "fiotte" à mon goût, sorry.

Je vous rassure, il n'en sera pas de même quant au show donné par Breakdown of Sanity. Dés les premières notes de "Bulletproof", c'est le bordel qui s'installe au Backstage : ça bouge énormément dans le pit (cela faisait longtemps que je n'avais pas été dans une fausse aussi énervée), le public jump, les slams se multiplient et de beaux circles pit et walls of death (en fin de set) se forment. Nos cinq petits suisses en profitent pour défendre leur très bon opus Coexistence avec des titres enragés comme "Bulletproof", "Restless", "Dear Diary", "Back to Zero" (accompagné de Matt Gelsomino, le chanteur de Novelists) ou "Crossed Fingers" avec son superbe refrain.

Leur excellent album précédent Perception (dont je porte fièrement le t-shirt) est lui aussi mis en avant avec de véritables classiques à l'instar de "Hero", "Blind" et bien sûr l'énormissime "The Writer", titre avec lequel j'ai découvert le groupe il y a plus d'un an). Les titres s'enchaînent avec une certaine cohérence, tout en incorporant des "vieilles pépites" comme "Infest" et son solo très old-school (du second album Mirrors), un vrai bonheur pour les fans de la première heure ! Concernant le son, il semble un peu brouillon du fait de notre placement (tout devant à gauche, les retours dans la gueule).

En revanche, le chant de Carlo Knopfel est encore plus impressionnant en live que sur CD, un véritable monstre vocal. Ce dernier est celui qui semble le plus proche du public, s'exprimant dans la langue de Molière à plusieurs reprises, allant même jusqu'à prendre la GoPro d'un fan afin de mieux filmer la scène et le public. Après une bonne heure de tuerie musicale, Breakdown of Sanity se retire avec le rappel "Coexistence" / "New World", les deux derniers morceaux de Coexistence, acclamé par des fans ravis. 

Et hop, encore un superbe concert à ajouter à ma liste : une bonne découverte avec les charmants parisiens de Novelists, une prestation un tantinet ennuyeuse de Dream on Dreamer, et enfin une grosse claque de la part des Breakdown of Sanity ! Même si certains morceaux manquaient à leur set list ("Crumble", "Chapters", "My Heart in Your Hands", "When Silence Breaks", "Invisible Scars"), leur show était de bonne qualité et je suis vraiment content d'avoir pu les voir en live. Un concert qui, à en croire la photo souvenir avec le public postée par le groupe sur les réseaux sociaux (voir plus bas), est "de loin le meilleur show" de ce Coexistence European Tour 2016Cocorico, les amis ! 

Novelists

Novelists

Dream on Dreamer

Dream on Dreamer

Breakdown of Sanity

Breakdown of Sanity

Breakdown of Sanity + Dream on Dreamer + Novelists @ Paris, 24/10/2016
Carlo Knöpfel, frontman de BoS

Carlo Knöpfel, frontman de BoS

Breakdown of Sanity + Dream on Dreamer + Novelists @ Paris, 24/10/2016
Avec les Novelists au complet

Avec les Novelists au complet

Un groupe adorable !

Un groupe adorable !

Tout devant sur la photo prise par Maik Kleinert © ! Grande classe

Tout devant sur la photo prise par Maik Kleinert © ! Grande classe

Après le show..

Après le show..

Voir les commentaires

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #spécial, #stevie t, #chronique, #djent, #internet
SPECIAL METAL 2.0 : les musiciens de la toile / Chronique de "Album of Epicness" de Stevie T

Pour cette rentrée de Metal Universe, j'ai décidé d'écrire un hors-série sur un thème qui me tient particulièrement à cœur : le Metal et Internet. Cet article sera également l'occasion de parler du premier album d'un musicien phare du « Metal 2.0 », à savoir Stevie T.

Stevie T, de son vrai nom Steven Terreberry, est un vidéaste/musicien, ayant commencé à poster des vidéos de guitares sur sa chaîne YouTube en 2008. Possédant un niveau remarquable, le jeune prodige n'a pas tardé à se faire connaître sur la toile. Avec ses plus de 176 000 abonnés, il sort régulièrement de nouvelles vidéos, plus hilarantes les unes des autres. Car Stevie T est très friand du second degré qu'il allie sans problème avec sa technique et son goût pour le djent. Le 28 avril dernier, le bougre sortait son tout premier album intitulé Album of Epicness chez Artery Recordings.

Au programme de ce premier opus, pas moins d'une dizaine de titres survoltés remplis d'humour. Car même si le style global de l'album est un mélange de deathcore et de djent, aucun des morceaux ne semblent se prendre au sérieux. A en juger par le nom des morceaux « Heaviest song EVAR ! », « Gangsta Djent » ou « DJENTstrumental », on ne croirait presque pas qu'il s'agit d'un album de Metal. D'autres chansons vont même jusqu'à parodier des groupes, aussi bien leur nom que leur musique : « Emotionless in White » pour Motionless In White et « White Veil Grooms » pour Black Veil Bride ( bien que ce morceau me fasse plus penser à du Avenged Sevenfold).

Stevie T nous dévoile également ses talents de chanteur. A l'aise en growl, il n'hésite pas à tâter du chant clair notamment sur « Your Average Popstar » ou « Penetrate the Shear », de manière comique tout de même ! Mais là où il excelle plus que tout, c'est à la guitare. Chaque morceau est une démonstration de son talent : entre les parties de shred millimétrées, les palm-mutes caractéristiques du djent et les sweep-pickings épileptiques, ce mec fait tout simplement rêver. Aussi, c'est peut-être ici que réside le seul problème de cet album. En effet, Stevie T en fait trop, mais vraiment TROP. On a à peine le temps de souffler après un solo qu'il renchaîne déjà avec un sweep ! C'est super impressionnant mais à un moment on sature un peu.

Stevie T est loin d'être le seul à « exploser » sur YouTube grâce à sa musique. Effectivement, ces dernières années, de nombreux « YouTubeurs » sont apparus sur le web en présentant un contenu original lié au Metal et quasiment tout le temps avec une dose d'humour. Parmi ces « Musiciens de l'ombre », on peut notamment citer le vocaliste Brian Storm, connu pour ses Massive metal Covers qu'il réalise souvent avec le guitariste Andrew Baena (membre du groupe Galactic Pegasus). Rajoutons Ryan Bruce, alias Fluff et ses nombreuses reviews de matos en tout genre, le screamer à la casquette Austin Dickey ainsi que Rob Scallon qui illustre parfaitement le terme « technicien guitariste ».

Mais après Stevie T, mon second coup de cœur se nomme Jared Dines. Growler, bassiste, batteur, guitariste, c'est un homme à tout faire, qui s'est fait connaître avec son groupe Dissimulator. Et lui aussi voue un culte au djent (pour ceux qui l'ignorent, « djent » désignait le son produit par un palm-mute joué entre les deux micros d'une guitare, puis il a donné son nom à ce style de Metal , se voulant progressif et technique, avec ce son lourd caractéristique). Ce que je trouve incroyable avec tous ces musiciens, c'est qu'ils se connaissent et collaborent presque tous ensemble, pour des vidéos ou des featurings. J'espère qu'un jour ils se réuniront pour créer une sorte de corale djent, qui sait ?

J'aurais aussi pu mentionner le célèbre duo Infant Annihilator. Depuis leur monstrueux premier disque « The Palpable Leprosy of Pollution » (2010), les deux anglais ont entre temps intégré le groupe de beatdown/core Black Tongue, mais un nouveau Infant Annihilator serait en préparation. Ce groupe est certainement le plus violent que j'ai pu entendre, une sorte de condensé de tout ce qu'il y a de plus brutal.

Pour conclure cet article hors-série, il est bon de retenir que la scène Metal ne se déroule pas seulement dans les salles de concerts et dans les studios d'enregistrements. Elle pullule sur Internet grâce à des passionnés qui ne cessent de présenter un contenu drôle, mais mature, à l'image de cet Album of Epicness qui est un franc succès. Dommage que l'ambiance ne soit presque que du second degré, je me demande ce que donnerait un morceau "sérieux" fait par Stevie T..? Tous ces musiciens ne sont quasiment pas médiatisés en France donc, n'hésitez pas à partager leur travaux, il y en a vraiment pour tous les goûts ! (j'ai mis sous les photos, les liens de leurs vidéos à voir impérativement).

Stevie T arborant fièrement sa guitare Kiesel ! Sa vidéo d'anthologie, "How to Be DJENT!" : https://www.youtube.com/watch?v=wfPOANlbyWw

Stevie T arborant fièrement sa guitare Kiesel ! Sa vidéo d'anthologie, "How to Be DJENT!" : https://www.youtube.com/watch?v=wfPOANlbyWw

Jared Dines - "11 styles of metal" : https://www.youtube.com/watch?v=-rzKu8rag8w

Jared Dines - "11 styles of metal" : https://www.youtube.com/watch?v=-rzKu8rag8w

Rob Scallon - "Anchor (8 string song)" : https://www.youtube.com/watch?v=xiERPVIEvSc

Rob Scallon - "Anchor (8 string song)" : https://www.youtube.com/watch?v=xiERPVIEvSc

Andrew Baena - "Skrillex - First of the Year (Equinox) - Djent / Metal / 8 string cover" : https://www.youtube.com/watch?v=LnbrQvI9LLU

Andrew Baena - "Skrillex - First of the Year (Equinox) - Djent / Metal / 8 string cover" : https://www.youtube.com/watch?v=LnbrQvI9LLU

Brian Storm - "Avicii - Hey Brother (Metal Cover)" : https://www.youtube.com/watch?v=9U_-RXOZIjc

Brian Storm - "Avicii - Hey Brother (Metal Cover)" : https://www.youtube.com/watch?v=9U_-RXOZIjc

Fluff - "Digitech Drop Pedal - Demo" : https://www.youtube.com/watch?v=WVtVVY2wI1M

Fluff - "Digitech Drop Pedal - Demo" : https://www.youtube.com/watch?v=WVtVVY2wI1M

Austin Dickey - "Whitechapel Mono (Vocal Cover)" : https://www.youtube.com/watch?v=1GOPyiA_icA

Austin Dickey - "Whitechapel Mono (Vocal Cover)" : https://www.youtube.com/watch?v=1GOPyiA_icA

Infant Annihilator - "Decapitation Fornication [OFFICIAL MUSIC VIDEO] [HD]" : https://www.youtube.com/watch?v=lCeRWaIh5Hw (ÂMES SENSIBLES S'ABSTENIR)

Infant Annihilator - "Decapitation Fornication [OFFICIAL MUSIC VIDEO] [HD]" : https://www.youtube.com/watch?v=lCeRWaIh5Hw (ÂMES SENSIBLES S'ABSTENIR)

Voir les commentaires