Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Metal Universe

Metal Universe

Live-reports - chroniques - interviews

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #concert, #festival, #triel open air

Les 29 et 30 juin derniers se tenait la cinquième édition du Triel Open Air. Ce festival de l'association Esprit Rock se déroule depuis 2009 dans le Parc aux Etoiles dans la ville de Triel-sur-Seine (78) . Cette année, l'affiche semble encore plus alléchante que les années précédentes : en effet, en plus de T.A.N.K ou Nightcreepers, nous avons la chance d'avoir Dagoba et The Arrs en guise de tête d'affiche pour cette première journée.

Nous sommes arrivés à Triel vers 16 heures. Sur place, on remarque d'emblée une imposante scène mainstage de 150 m2. Placé non loin du stade, le site est composé d'un camping, de "stands" de nourriture ainsi que le merchandising des groupes et des différents exposants.

Après un rapide aperçu des lieux, on assiste à la préparation de Deadly Fist. Ce quatuor parisien (dont l'un des guitaristes est la copie conforme d'Axl Rose... avec vingt ans de moins) officie depuis 2008 dans un Glam Metal bombé de testostérones. Sur scène, ça bouge, ça court, ça saute : bref ça respire et transpire le bon vieux Rock'n'Roll ! Le groupe jouera cinq titres, le dernier ("Fist Of Rock")issue de leur premier album, Sex Up (dont près de 400 exemplaires seront distribués gratuitement sur leur stand).

Changement radical de style avec Lutece. Après le fist Rock, place au fist occulte. J'ai entendu dire bon nombre de choses positives quant au jeu scènique du combo . Et bien je n'ai pas été déçu ! Musicalement, on a le droit à un Black Metal de grande envergure ponctué par des textes épiques ("The Path of Glory", "I am the Sword"). Contrairement à de nombreux groupes du style, Lutece est un groupe très communicateur avec son public et un excellent déclencheur de pogos. Un wall of death se déroulera sous le regard bien veillant de Hesgaroth et de son pied de micro recouvert de cranes. Par contre, j'avoue que ça me fait bizarre de voir un groupe de Black en plein soleil... Mais bon, du Black en plein air, ça a du charme !

Pour qu'un festival d'été soit réussi, il faut forcément un groupe de Pagan Metal. Esprit Rock l'a visiblement très bien compris puisque c'est Nightcreepers qui investit la scène. Cela fait maintenant trois fois que je les vois en trois ans, donc je savais un petit peu à quoi m'attendre. Mais honnêtement, je ne m'en lasserai pas. Que l'on soit fan de Pagan ou pas, Nightcreepers est un groupe agréable à contempler et à écouter. Avec une mise en scène épique (peintures corporelles, fourrures, instruments celtiques), le groupe terminera sa préstation avec le cultissime "Set Sails".

Maintenant, c'est l'heure du moment tan(k)t attendu, l'heure de se déboiter les cervicales et de crier à s'en déchirer les cordes vocales. Vous l'avez sans doute compris, c'est au tour de T.A.N.K (Think Of A New Kind) de monter sur scène. Après la fin des Nightcreepers, je cours me coller aux barrières. Pendant les balances et l'installation du matériel, je remarque que le groupe utilise de tous nouveaux décors aux couleurs de Spasms Of Upheaval, leur dernier album en date. Aucun doute possible, ça va être la guerre.

Les musiciens font leur entrée sur "The Ravens Cry". Raf entre le dernier sur scène et hurle dans son micro "I wait for you now !" : ça y est je suis en trance ! "Il y a une semaine on était au Hellfest. Ca fait du bien de revenir jouer chez nous ! La prochaine chanson s'appelle Disturbia !"déclare un Raf très en forme. Comme à son habitude, le groupe offre une setlist plutôt bien répartie entre leur deux albums, sans oublier l'hymne "T.A.N.K 09". Le show se conclut en beauté par "Brothers in Arms".

Je sais que je l'ai déjà écrit et que je le referai, mais T.A.N.K, quoiqu'ils fassent, c'est toujours génial ! Cela fait six fois que je les vois en concert et je n'ai jamais été déçu. Leur jeu de scène est toujours au top, l'ambiance est mortelle et le public ne s'y trompe pas (wall of death sur "Beautiful Agony"). Même mon pote qui m'a accompagné (qui est un inconditionnel de AC/DC et des Red Hot) a été converti, c'est pour vous dire ! Seul petit bémol, je trouve que le set était un peu court (une quarantaine de minutes seulement). Mais bon, on m'a toujours dit que le temps passe plus vite quand on ne s'ennuie pas, donc ce n'est point grave. Bref, un concert qui m'a fait le plus grand bien. Merci les copains !

Il est plus de 20 heures, mon estomac commence à crier famine et mes jambes commencent à fatiguer. Après avoir acheté un burger et s'être posé prêt de l'entrée, on se repose un peu en regardant No Return. Depuis plus de vingt cinq ans maintenant, No Return sillonne les routes avec un Death/Heavy/Thrash Metal. Le groupe entame son set par "Borderline", extrait de leur dernier album Inner Madness, sorti l'année dernière chez Great Dane Records. Le (nouveau) chanteur de la troupe headbang et tutoie son public. De nombreux titres du dernier opus seront joués comme "Inquisitive H€g€mony", "N.I.L.2" en passant par "Morgane's Song".

Place maintenant à The Arrs. Tout comme leurs confrères de T.A.N.K, eux aussi étaient présents au Hellfest en juin dernier. Après une petite reprise de "Live for This" de Hatebreed à la guitare pendant les balances, le groupe entre en jeu avec "Fahrenheit", morceau tiré de leur dernier album Soleil Noir. Le groupe enchaine les titres, sans pause avec une énergie remarquable : Nico headbang avec ses imposants dreadlocks, les autres zicos sautent en rythme sur les breakdowns... Ils ont la pêche ces mecs ! Soleil Noir sera à l'honneur ce soir puisque The Arrs en jouera une bonne partie : "Mon Epitaphe", "1781", "Authentiques Indignés" et l'énome "Du Berceau à la Tombe" qui se terminera par un wall ofdeath remarquable.

Dernier groupe de la soirée, Dagoba monte sur les planches. Franky, perché sur son kit, est rapidement rejoint par le reste du groupe. Les pogos et les slams ne tardent pas à se manifester. Shawter, frontman charismatique du combo prend la parole : "La dernière fois qu'on est venu, on n' a failli ne pas jouer" (en 2009, à cause du couvre-feux de minuit, le groupe n'a joué que trois quarts d'heure). "Y a deux semaines, on était au Sonisphere. Maintenant, je veux voir un wall of death encore plus gros que celui qu'on a eu au Sonisphere !" Dagoba jouera des morceaux du dernier album, Post Mortem Nihil Est comme le puissant "Kiss me Kraken". Et bien évidemment, nous avons le droit aux classiques comme "The Thing Within" ou "Black Smokers"."On s'appelle Dagoba et on vient de Marseille !", crie une dernière fois Shawter avant de quitter la scène. Avec toute sa puissance et toute sa beauté, Dagoba a fait voyager le Parc aux Etoiles dans une galaxie lointaine, très lointaine (ok, c'était facile...).

Une fois de plus, l'association Esprit Rock nous a concocté une affiche plus que satisfaisante. Avec près de 1200 entrées les deux jours, le festival a bénéficié d'une belle progression depuis l'édition précédente. Que ce soit pour la qualité des prestations des groupes, l'organisation ou l'ambiance, ce festival est totalement génial. Y'a pas à dire, si Esprit Rock continue sur cette lancée , le Triel Open Air deviendra rapidement le "Hellfest de L'île-de-France" !

Un grand merci à Lor Babilotte de m'avoir prêté quelques unes de ses photographies.

Pour voir d'autres photos, vous pouvez aller voir les miennes, celles de Lor ou de l'association Army Of One.

Axl is watching you !

Axl is watching you !

Hesgaroth regardant vers sa horde

Hesgaroth regardant vers sa horde

Tirrael de Nightcreepers et son fidèle accordéon

Tirrael de Nightcreepers et son fidèle accordéon

T.A.N.K

T.A.N.K

Headbang till death !

Headbang till death !

No Return

No Return

Phil de The Arrs

Phil de The Arrs

Franky Costanza de Dagoba

Franky Costanza de Dagoba

Voir les commentaires