Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Metal Universe

Metal Universe

Live-reports - chroniques - interviews

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #concert, #hors-série, #electro, #bonus
BONUS > Hors-série #4 : Hardshock @ Techno Parade 2016

Pour celles et ceux qui vivraient dans une grotte reculée dans un pays lointain, la Techno Parade est une manifestation musicale créée par Jack Lang en 1998. Comme son nom l'indique, elle est centrée sur la musique électronique. Il s'agit d'un événement gratuit, ayant lieu tous les ans en pleine capitale en septembre et organisé par l'association Technopol.

Le principe est simple : une dizaine de chars partent d'un lieu précis (cette année le quai François-Mitterrand) et sillonnent Paris aux sons de différents genres électroniques; en effet, chaque char est attribué à un style : Minimale, EMD (electronic dance music), house, hardcore etc...

L'année dernière, j'ai eu du mal à prendre mon pied, il faut dire que j'étais moins éclectique qu'aujourd'hui. Tandis qu'en ce samedi 24 septembre, je me suis éclaté. Car cette année, le festival néerlandais Hardshock dispose de son propre char, une aubaine pour votre serviteur donc le hardcore est son gros "kiffe musical" du moment. De plus, le line-up est composé de plusieurs "stars" du fameux label indépendant The Third Movement, néerlandais également.

Durant toute l'après-midi, la foule saute, tape du pied et secoue la tête aux rythmes des set de The DJ Producer, le sympathique Promo ou encore Ophidian vs Ruffneck. L'ambiance est franchement cool, même si certains états de trance peuvent paraître pour le moins étrange (au même titre que les gens qui headbanguent aux concerts de Metal).

En parlant de Metal (car c'est quand même le "sujet" d'origine de mon blog, à la base), pas de musique "métallisée" sur le char Hardshock, mais une musique extrême et rapide au possible (le kick est en général à 180 BPM dans le hardcore). Ce genre fait partie des plus undergrounds de la famille électronique, même s'il reste beaucoup plus connu aux Pays-Bas notamment avec des piliers tel que le masqué Angerfist. Par titre de comparaison, j'en ai conclu que le hardcore est à l'electro ce que le brutal death slaming est au Metal.

De plus, l'ambiance n'est pas trop différente des concerts de Metal : les mecs aux cheveux longs arborant des -shirts de groupes headbanguant au rythme du kick et les circle pits qui se forment à côté du char peuvent presque porter à confusion !

En bref, j'ai passez un moment fort agréable, l'orga était de bonne facture tout comme l'ambiance (à part deux trois gars bourrés ou sous l'emprise de je ne sais quoi qui cherchent la merde, as usual) et j'ai même reconnu certains morceaux que j'écoute pas mal en ce moment ("The Ultimate Statement" et le monstrueux "Bassface" d'un certain N-Vitral, lui aussi membre de l'écurie The Third Movement, et une de mes révélations musicales de l'année).

Cependant, au vue d'une sécurité renforcée (pour les raisons que vous connaissez), le nombre de char a été réduit, tout comme le trajet. Ce qui ne m'a pas posé de problème étant donné que je suis resté au char Hardshock. Ce dernier a d'ailleurs eu un problème de son qui fut heureusement rétabli (en effet, du core sans basse c'est tout de suite moins sexy ). Un événement à tester au moins une fois.

Pour voir l'aftermovie officiel du Hardshock, c'est ici.

Décidément, je ne le quitte plus jamais ce masque !

Décidément, je ne le quitte plus jamais ce masque !

Commenter cet article