Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Metal Universe

Metal Universe

Live-reports - chroniques - interviews

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #chronique, #unscarred

Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à un groupe de la scène thrash métal française en pleine expansion : j'ai nommé Unscarred.

La création du groupe remonte à 2002 sous l'impulsion du bassiste Brice. Au fil des années, de nouveaux membres viennent compléter le combo comme la paire de gratteux Boris et Nico. Mais en 2012, en plus de l'arrivée de Franck à la batterie, Unscarred accueille la jolie et sympathique Nelly « Niloofar », une chanteuse Iranienne 100% thrash 'till death et frontwoman, bourrée d'énergie qui apporte un énorme potentiel à la bande, autant au niveau puissance que scénique.

L'année suivante, les thrashers partent sur la route, mais c'est après leur concert donné au Mennecy Metal Fest que leur popularité explose (croyez-moi, j'y étais, c'était quelque chose....). Peu de temps après, le groupe sort une démo cinq titres, Fake Democracy, très bien accueillie par les critiques.

Leurs morceaux et leurs prestations scéniques leur permettront de donner pas mal de dates, dont une en première partie de Biohazard, mais aussi un passage remarqué dans l'émission Une Dose 2 Metal, présentée par notre Stéphane Buriez national (Loudblast).

Ce n'est qu'en février que le groupe s'enferme dans la MJC Le Studio (Limours) afin d'enregistrer leur tout premier album. Produit par Boris et Francesco Ugarte (Pitbulls in the Nursery) et masterisé par Alan Douches au West West Side Music à New-York, cet album se nomme 100 Lashes.

100 Lashes s'ouvre avec « Refused ». Un putain morceau qui commence avec un blast dès la cinquième seconde ! Le ton est annoncé : welcome to thrash. S'ensuit « Cross the Line », titre tout aussi bien que le premier dont le riff me fait penser au groupe K.A. De plus, la sublime fin du morceau déclenchera une profonde envie d'headbanguer à toutes les personnes qui l'écouteront ! Pour la petite anecdote, les backing vocals du refrain sont chantées par Boris, Brice et Mathieu Kollman (manager de K.A fortement impliqué au groupe).

Musicalement, nous sommes dans du thrash metal pur et dur. Tous les éléments sont présents pour vous provoquer un orgasme auditif (ou presque). En effet, les musiciens se surpassent : les parties en double pédale sont remarquablement balaises (notamment sur « Cross the Line »), la paire de guitares Boris/Nico fonctionne à merveille aussi bien pour les mélodies (la fin de « Reborn »), les riffs rentre-dedans, même si ceci se répètent assez souvent (« Rise »), que pour les solos épileptiques (« 100 Lashes », « Meet your Fate ») et la basse, en parfaite liaison avec la batterie, apporte une cohérence globale aux compositions.

Parlons du chant maintenant. Le repos ? Nelly ne connait pas. En effet elle nous en met plein les oreilles à chaque morceau. Notons par exemple cet impressionnant débit de parole sur « Cross the Line » et ce véritable appel à la rébellion sur la fin de « Reborn ». Même si ses parties vocales sont constituées du chant « thrash classique », elle n'hésite pas à pousser quelques envolées comme sur le refrain du titre éponyme.

Bien entendu, qui dit thrash dit forcément de nombreuses influences. Mais dans cet album, elles sont moindres ; c'est un bon point et prouve, pour un premier album que les musiciens sont assez créatifs pour ne pas copier/coller et créent leurs propres morceaux à partir des bases du style. Les influences restent tout de même essentielles et présentent comme sur « Meet your Fate », dont le solo et l'ambiance générale me rappellent Kreator.

Seulement, Unscarred ne se contente pas que des bases imposées par le thrash metal. Comme l'auraient fait d'autres formations en incorporant des sonorités death ou hardcore, Unscarred mise avant tout sur la rapidité et place dans sa musique quelques parties techniques, tout en exploitant les ingrédients les plus violents du thrash pour en arriver à une musique ultra énervée, bref du thrash metal à l'état brut.

Comme vous le savez, j'adore tout ce qui est bourrin et énergique, j'ai donc eu beaucoup de mal à « choisir » mon morceau préféré. Il faut dire que j'avais le choix, car entre des morceaux comme «Headshot » (le nom est très bien choisi, c'est exactement ce qu'on ressent quand on écoute ce titre) ou « Tsar », doté d'un rythme lourd et puissant comme je les adore, la tâche n'a pas été facile !

J'ai finalement « jeté mon dévolu » sur « 100 Lashes ». En effet, avec son cri d'intro digne d'un Rob Halford (Judas Priest), « 100 Lashes » contient toutes les caractéristiques d'un bon morceau : un refrain entraînant qu'on retient facilement, des parties de guitares reconnaissables et surtout, un breakdown de fin monstrueux ! Au final, il représente vraiment bien l'esprit de l'album et même du groupe.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin : « It's Over », le dernier morceau annonce la fin de ce premier album. « It's Over » s'ouvre par une intro assez mélodique qui part en live très, très rapidement pour notre plus grand plaisir !

En conclusion, Unscarred nous a présenté là un remarquable premier album, qui je l'espère (et je n'en doute pas), leur offrira de plus en plus de possibilités pour l'avenir afin de devenir une des plus grandes formations thrash françaises (cocorico). Concernant la production, il n'y a rien à dire, c'est très soigné (la patte d'Ugarte me direz-vous?). Même si certains morceaux donnent l'impression de se répéter (ce qui est inhérent au genre), Unscarred propose un Metal pas trop old-school, pas trop moderne : une galette survoltée du début à la fin, accessible pour tous les fans de thrash qui se respectent. Mention spéciale pour l'artwork et sa Méduse ensanglantée. Un pur disque de thrash metal.

9/10

La diffusion du nouveau clip d'Unscarred aura lieu le samedi 27 septembre au Dr.Feelgood (Paris). La release de l'album se ferra le 2 octobre au Hangar d'Ivry-sur-Seine avec Red Mourning.

Bien évidemment, je vous invite à vous tenir au courant de l'actu du groupe et de les supporter via leur page Facebook !

Merci à Mathieu Kollman de m'avoir envoyé l'album.

Chronique de "100 Lashes" de Unscarred
Chronique de "100 Lashes" de Unscarred

Commenter cet article