Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Metal Universe

Metal Universe

Live-reports - chroniques - interviews

Publié le par Nicolas Pons
Publié dans : #concert, #festival

Le vendredi 28 et le samedi 29 mars derniers se tenait le Cyrano Headbang Festival. Comme son nom l’indique, ce festival se déroulait sur deux jours dans la MJC Cyrano de Gif-sur-Yvette (91). Retour sur la seconde journée du festival avec les prestations de Deflesher, K.A et The Order of Apollyon.

Après nous être rassasiés dans un célèbre fast food situé à quelques rues de la salle, nous nous dirigeons vers cette dernière. N’ayant encore jamais mis les pieds dans la MJC Cyrano, j’avoue avoir été impressionné par sa taille imposante et par sa décoration très sympathique : guitare accrochée sur un mur, fausses toiles d’araignée ainsi qu’un bar directement intégré à la salle. Contrairement aux scènes « classiques », celle-ci repose seulement sur une petite estrade (un peu comme au Pitchtime de Dourdan), ce qui donne une meilleure proximité entre le public et les groupes.

En parlant de groupe, c’est Deflesher qui ouvre le bal…de la brutalité. Lors de leur passage à Limours en décembre dernier, leur prestation m’avait littéralement achevée. En était-il de même en ce dernier week-end de mars ? Absolument ! Les cinq Rambolitains entrent en scène, plongée dans le noir sur l’intro d’Once Upon the Carnage (première démo du groupe, chroniquée très prochainement) et entament leur set avec « Dysentry », un titre mythique, définitivement taillé pour le live. Très rapidement, des cheveux se mettent à tourner au son des « Mutilate to Educate » et autre « Self Instinct ». Soulignons , d’autre part, l’humour très agréable du chanteur, Kraken, notamment au moment d’annoncer « Mental State » : « Cette chanson parle de l’amour…avec une poupée gonflable ! ».

Ce dernier en profite pour nous présenter le nouveau bassiste, Adrien, déjà parfaitement intégré au groupe. Bien entendu, la première démo du groupe est à l’honneur ce soir, à l’image du dévastateur « Cryptic Words », « The Waste Makers » ainsi que « Once Upon the Carnage ». Ai-je encore besoin de préciser que ce groupe est une tuerie monstrueuse ? Certes, il y a encore quelques petites erreurs de synchronisation, mais le show était carré et le son puissant. Plus de doute possible : le « True Rambolitan Death Metal » de Deflesher a toutes ses chances pour devenir la relève de la scène Brutal Death française, et je pèse mes mots.

Après cette grosse dose de violence, c’est l’heure des retrouvailles avec mes potos de K.A. La dernière fois que je les ai vus, remonte à février 2013 (à Limours). Il était donc urgent de reprendre un coup de Thrash/Death made in Essonne ! Il y a quelques semaines, le groupe avait annoncé que R.U.L (le batteur) ne pourrait pas assurer le concert ; c’est donc Cyril Leriche qui s’est occupé des futs. Ayant déjà vu le gaillard à l’œuvre (encore à Limours), je savais bien que la combinaison K.A + batteur d’In Trails allait envoyer du boudin créole.

Au programme : beaucoup d’énergie, du Jack et surtout, comme le dit si bien notre cher Stéphane Buriez (Loudblast), une grosse couche de treuillage ! Comme à son habitude, le groupe nous concoctera un show regroupant des titre de leurs deux derniers EP : Gestation et Reborn…Again. En effet, entre l’instrumental « K.A.O.S », le puissant « Reborn » ou encore le désormais culte « Inertia », tout le monde y trouve son compte. Le groupe quittera la salle avec LE titre que tout le monde attendait : le classique « By the One », sur lequel prendra forme un énorme wall of death. Encore un très bon show de la part des K.A mais je pense qu’il serait intéressant qu’ils rejouent des titres issus des premiers albums.

Dernier groupe du festival, The Order of Apollyon plonge Gif dans les ténèbres. En effet, le changement de style et d’atmosphère change radicalement puisque le groupe joue du Black Metal. Créé en 2008 dans la région parisienne, The Order of Apollyon a eu parmi ses rangs des membres d’Aborted et de Cradle of Filth. Deux influences qui se ressentent dans les compositions du groupe. A ce jour, le groupe a sorti un album en 2010, intitulé The Flesh. Ce qui démarque The Order of Apollyon des autres compos Black Metal, c’est leurs diverses influences. En effet, le groupe incorpore des sonorités purement Death (rien que l’accordage en drop B) ainsi que des passages très groovy voir Black’n’Roll.

Evidemment, on n’oublie pas les « codes » visuels qui ont fait le succès du Black Metal, à savoir le maquillage et cette atmosphère si particulière. Le groupe nous interprètera même une version très personnelle du « Creaping Death » de Metallica. Rien que pour avoir osé reprendre un classique tel que celui-ci en Black Metal, je les respecte ! Un titre m’a énormément interpelé durant le show, il s’agit de « Never ». Outre son intro nous rappelant « Black crow on a Tombstone » de Satyricon, ce titre à quelque chose de planant, qui nous transporte dans l’univers du groupe. J’avoue que je ne connaissais pas The Order of Apollyon, mais leur prestation ainsi que leur message m’ont captivés.

La MJC de Gif nous a proposé une excellente affiche avec des formations extrêmes en devenir. Une nouvelle claque visuelle et auditive de la part de Deflesher, une performance encore très agréable des K.A ainsi qu'une découverte très intéressante avec The Order of Apollyon. La seule erreur de la soirée aura été de faire jouer Deflesher en premier, car je n’avais presque plus de force pour headbanguer devant K.A ! Une très bonne soirée où j'ai pu voir deux de mes formations françaises préférées sur la même affiche.

Deflesher

Deflesher

Deflesher

Deflesher

K.A

K.A

K.A

K.A

K.A

K.A

The Order of Apollyon

The Order of Apollyon

Commenter cet article